LOST : ils vont s’installer en Médecine Générale.

decollage-des-avions-a-reaction-avion-ciel-avion-voyage_121-50893

C’était un beau roman, c’était une belle journée il y a quelques temps.

Je prenais l’avion, revenant d’un de ces nombreux périples médicaux où la frontière entre la baffe dans la gueule version Teddy Riner et le sentiment de plénitude était aussi tenue que les restes déchiquetés de l’hymen de Nabila.

Peu après le décollage, j’avais attendu sagement que le petit voyant s’éteigne pour me précipiter aux chiottes et essayant de me battre  avec toutes les mamans phacochères qui voulaient apprendre à bébé phacochère à souiller le plus exhaustivement le point d’eau, cuvette et murs compris.

jackwalkman4500

Bon, là, sur la photo, c’est moi. Enfin la version David Hasselhoff de moi même. Comme je vous l’ai déjà dit, rien de mieux qu’une vedette « américaine » seulement célèbre en Allemagne et 20 ans de p’tis déj’ teutons tendance Franckfurt Wurst pour vous faire apprécier une Pénurie.

marisolhugo51000

Je remontais la cabine vers mon siège et j’essayais tant bien que mal d’éviter tout contact physique avec une future ministre de la Santé qui n’avait pas encore suivi l’exemple du Pape François de Hollande et son régime à base de cuir bouilli.

J’arrivais vers mon fauteuil.

Était-ce l’abus de Soleil, le Jet-Lag (mot savant pour dire Tête-dans-le-fion) ou le Tofu mariné au jus de Sans-Goût du petit déjeuner, mais je n’avais pas remarqué la jeune femme assise à mes côtés.

kateplane500

« Cette place est libre, Mademoiselle ? Ah ben oui, je suis con, c’est la mienne ! HaHaHaHaHaHaHaHaHa !!! »

jackkateplane2

On peut dire que le courant était passé sans problème.

Mon humour était absolument contagieux.

annoyed-passenger

Je lui proposais un jeu de société que j’avais apporté pour le voyage.

vulvalatv500

L’ambiance dans le cockpit était à l’euphorie. Tout le monde avait plus ou moins la banane.

nic-cage-on-a-plane-looking-terrible

(Plus ou moins)

Bon, y avait bien Jean Pierre, qui avait bien un peu fait le Fou-Fou avant le décollage et qui avait dû faire un Braquage-tout-le-monde-les-mains-en-l’air sur le stock de Get27 du bar de la salle d’embarquement, l’embarque, quoi !

drunk-iceland-passenger

Mais bon, là, il était tout calme, Jean Pierre. Le seul problème : qu’il pense à ne pas se vomir dans la bouche, mais bon, on lui a bien dit avant de lui faire la piqûre dans les fesses.

Je me levais pour farfouiller un truc dans mon sac.

jackjohnplane

Quand une voix connue se fit entendre : « Alors les tourtereaux !! On prend du bon temps ? Ah les remplaçants, quand même, quels branleurs ! C’est la belle vie, hein ? »

lockeplane2500

C’était Docteur Crinière d’Argent, un de mes remplacés qui était assis non loin de nous.

Oui, enfin, Attendez, je vais vous le rendre quand même plus ressemblant.

lockeplane3500

Voiiiiiiiiilllllààà…

Je remplaçais Dr Crinière d’Argent depuis de nombreuses années. Malgré sa belle chevelure (d’argent, c’est important, l’argent), il était proche de la retraite. L’entente pendant les remplacements était formidable. Toujours satisfait de moi (en même temps, je lui donnais toutes les meilleures dates, je lui faisais toutes les gardes qu’il me proposait, je ne vois pas comment il ne pouvait pas être satisfait). Oh, peut être un peu bourge, le bon Dr Crinière d’Argent, avec sa décapotable rouge et sa chevalière et sa femme au foyer (par ordre d’importance), mais bon, après avoir connu certains énergumènes de remplacés, ça allait.

Dr Crinière d’Argent : « Tiens, pendant que je te tiens, tu pourras me remplacer en décembre dans un an et demi, là ? J’ai un truc super important. »

« Heu, ben, c’est quand même dans un an et dem… »

« Ouais, attends, je te coupe, tu sais ce qui m’est arrivé l’autre jour, là, vous n’allez pas en croire vos oreilles, les jeunes ! Non mais là, franchement, c’est encore pire que le dernier coup que m’a fait ce putain d’URSSAF que je leur ai dit que la prochaine fois, ben, moi, je dévisse ma plaque !! Ben alors ! Attends, les mecs, ils te disent que les génériques c’est pareil, mais attends, c’est pas pareil, c’est sûr, Bon Dieu ! (Pardon, Mon Seigneur, j’ai juré) »

generiques

« Regarde moi ça !! Les comprimés, c’est pas les mêmes !! Comment veux-tu que dedans ça soit pareil si dehors c’est pas pareil ?? Putain, ils nous prennent pour des cons !! Bon, qu’est ce que je disais déjà ? »

« Vous disiez pour décembr… »

« Ouais, attends, je te coupe, ouais, et je vous ai dit pour l’URSSAF, là ? Ah, je les ai mis minables ! HaHaHaHa !! La nana de l’URSSAF, elle savait plus où se foutre ! HaHaHaHa !! »

jackjeanlouisplane5

Et me voilà à rire de bon cœur à la 150ème fois où il me raconte la même histoire et en roulant des yeux de dindons pour lui faire croire que je n’en connaissais pas le fin mot.

Dr Crinière d’Argent : « Ah, je t’aime bien, c’est vrai, y en a pas beaucoup comme toi, des remplaçants. C’est pas pour dire, mais bon, y a quand même des gros nullos, hein, on est d’accord ? C’est vrai, toi, tu es sérieux, les gens sont contents, ça se passe bien, on a jamais de problème avec toi. Ça se passe nickel, quoi ! »

Après une telle lèche, j’ai eu une envie soudaine de m’enduire le corps de lotion de massage aux huiles essentielles de pépins de gland et phéromones de zébu (18€ DTC les 5mL chez tous nos pharmaciens partenaires).

men-vs-monkey-0011

Et là, je me suis dit que c’était le bon moment.

« Ah bien justement, puisque vous en parlez, je me disais que vous prendrez surement bientôt votre retraite et que peut être on pourrait voir pour vous succéder. J’ai pensé que ça serait une bonne opportunité pour vous et pour moi, non ? »

johnalloquoi

Dr Crinière d’Argent : « Ah là là, les jeunes ! NON MAIS ALLO QUOI ! Mais pourquoi tu veux t’installer ? Vous êtes des nababs en faisant les remplacements, les jeunes ! Vous n’avez aucune charge ! Vous savez, avec tout ce qu’on paye, vous gagnez largement plus que nous en bossant moins, alors je ne vois pas pourquoi vous allez vous emmerdez à vous installer !!! HaHaHaHa !! Les jeunes ! Ils sont au courant de rien !!! »

jackkateplanev23

Moi : « Non, vous savez, j’ai fait mes petits calculs, depuis le temps que je fais des remplacements, maintenant, le coup du « les remplaçants gagnent autant que nous », j’ai bien compris que c’était pas tout à fait vrai. Alors, c’est quoi votre date de retraite en fait ? Votre associé m’a dit que c’était dans un an, c’est ça ? »

lost-lax-review-john-locke-terry-oquinnjpg-53a0d9f52ce74a3d_large

Dr Crinière d’Argent, glacial : « Non, mais t’es sérieux, en fait. Tu veux vraiment t’installer. »

D’un coup, la conversation fut stoppée par un grand bruit sourd de craquement, un peu inquiétant quand on se trouve à cette altitude.

J’ai eu l’impression que le bruit venait du bide du Dr Crinière d’Argent, comme si quelque chose s’était bloqué.

coloscopie-normale

Mais en fait, non, ça n’avait pas l’air de venir de là.

lost_plane

Une sirène d’urgence se mit à retentir, nous strillant les tympans.

Les masques à oxygène tombèrent du plafond.

passengers_scott_robinson_left_david_saunders_cent_488be57066

(Mettez les masques, bandes de cons, c’est pas Surprise Surprise).

oxygenJMJarre2

Je saisis mon masque à oxygène pour sauver ma peau.

Et puis après tout est allé très vite.

lost_plane_crash-5202

L’appareil s’est scié en deux comme les candidats de Motus aux blagues de Thierry Beccaro.

J’ai eu un gros trou noir et je me suis réveillé sur une plage au milieu des débris fumants de l’avion, une odeur de phacochère grillé m’emplissant les narines.

jackcrash500

J’ai vu de loin le Dr Crinière d’Argent se relever péniblement.

johncrashmaboul2

J’ai essayé de sauver avec Marisol une femme enceinte qui avait perdu les eaux pendant le crash.

hugojackcrash

Quand le calme est retombé sur la plage, nous nous sommes enfin rendu compte de l’importance de la catastrophe que nous venions de vivre.

plage

J’avais du mal à contenir mon émotion quand une main est venue taper sur mon épaule.

johnbadges

Dr Crinière d’Argent : « Bon, maintenant, puisque tu veux t’installer, on va voir si t’en es capable et qui c’est le chef ! »

lostfrontpage3

Bientôt, la Suite.

Publicités

Remplas de l’eSpace Invaders

press-start2

Quand j’ai commencé les remplacements, les « remplas » comme on dit dans le milieu, je ne m’attendais pas à verser dans un monde parallèle, un monde étrange où toutes sortes de choses improbables pouvaient m’arriver.

J’étais jeune.

Voire con.

Enfin, un jeune con, quoi, comme on dit dans le milieu. Hein, c’est plus simple. Normal.

Moi, dans mon milieu, les médecins généralistes ont « un certain âge », c’est à dire qu’ils ont un gros bide et une calvicie (même s’il est vrai qu’on peut avoir la chance d’avoir tout ça à d’autres certains âges). Quand t’as 35 ans, c’est convivial. Quand les mecs te voient pour la première fois, ils se présentent en donnant leur nom de famille et le bled où ils bossent. En gros, par exemple, pour François Hollande, (qui n’est pas un exemple de gros) ça donnerait : « Hollande, Paris. » Dit comme ça, si ça vous fait penser à « Channel n°5, Paris », fuyez, vous n’êtes pas du tout adaptés pour ce milieu. Ici, la virilité, c’est maintenant.

Mais ça, j’ai mis du temps à le savoir. Alors au début, comme je suis un peu teigneux (si, si), ben, je me suis mis en tête de leur montrer, que y en avaient, des petits gars motivés et qu’on allait pouvoir bosser ensemble en bonne entente. HaHaHaHaHaHaHaHaHa !!! Elle est bonne !!!

PRESS START.

BORNE3

Bon, pépère, tranquille, j’attaque le premier niveau. Premiers remplas, premiers remplacés, premiers patients. L’adrénaline me fait voir tout rouge comme si je m’étais fait un lavage occulo-scrotal au RedBull fraicheur Orange Sanguine. Jusqu’ici, tout va bien.

invaders1

(Le petit vaisseau bleu, qui zigzague entre les aliens, là c’est moi)

Mon premier rempla, le mec me colle 4 jours d’affilée de garde week end compris, me loge au dessus du cabinet dans son ancienne maison en friche où il ne vit plus lui même depuis des années, sa fille de 16 ans vivant au dernier étage et oubliant régulièrement d’aller au lycée le matin.  Quand je veux me faire à bouffer, c’est au milieu des détritus laissés par cette charmante jeune fille et ses copines. Quand j’ai eu fini mon rempla, j’avais préparé une fiche de « Transmissions » avec les problèmes rencontrés avec les patients et les choses en cours. « Pardon ?? » Le mec a regardé mon bout de papier comme s’il s’agissait de la liste des courses de Schindler : 1 Kg de tomates, schnaps, saucisses de Franckfort… J’ai eu droit au regard dédaigneux et à un « c’est bon, je gère ». Et ça a duré 2 ans et demi.

invaders2

Alors, j’entends déjà les chats hurlants : »Ouais, mais nous, en 1982, ben, on était de garde TOUS les jours 7j/7, hein, on était au turbin, nous, on était pas des feignants comme les jeunes qui ne veulent pas bosser » tels des Henri Krasucki sous acide en 3ème mi-temps du match retour B.O. / A.B. (Si vous ne comprennez rien à l’abréviation B.O., fuyez, il est encore temps). Ce qu’on oublie de dire, c’est qu’en 1982, y avait pas de Scanner, pas d’IRM, quand un patient avait un infarctus, il ne fallait pas le déplacer, pas le bouger, attendre de voir et que quand tu avais un A.V.C., le traitement, c’était le Sermion injectable.

Pas tout à fait la même médecine, quand même.

Alors, dans cette ambiance, j’ai essayé de faire mon chemin, d’éviter les skuds de Tonton Saddam.

invaders3

Un autre remplacé, dont je faisais toutes les dates, quand il voulait, où il voulait, comme il voulait, a eu un jour une couille avec un patient et a eu comme premier réflexe de dire que c’était de ma faute. « Ben, on va vérifier sur l’ordinateur à quelle date ça s’est passé ». Pas de bol, j’étais loin, très loin à ce moment là. Pas un « désolé », pas un mot d’excuse. Sympa, l’ambiance. 

LEVEL N°2 : Ne pas tomber malade.

Y a des fois, ce que t’es obligé de te taper en tant que remplaçant, c’est l’état des locaux, genre « c’est resté en l’état depuis 1982, quelle belle année ». Et les locaux ne vieillissent pas comme le bon vin, hein.

On devrait faire passer des tests sanitaires à toute personne, chat, chien, cochon,  bactérie multirésistante pénétrant dans les locaux. C’est que c’est parfois dangereux.

C’est le jour où j’ai regardé la balance en disant « Alors ? Vous pesez combien ? » que j’ai réalisé que l’état des voies respiratoires de mes spermatozoïdes étaient en danger dans ce cabinet.

IMG_0231

(A noter qu’il y a approximativement 1Kg de poussière, si on regarde bien l’aiguille).

Un autre rempla, où je devais faire la garde de week end dans le local au dessus du cabinet. On monte pour voir avec le remplacé.

On ouvre la porte.

Grosse odeur d’égoût et de merde mélés (si, si, j’arrive à différencier les deux)(l’expérience, tout ça).

Le remplacé : « Ah, l’odeur. Ca sera réglé. »

OK.

Quelques semaines plus tard, sous la neige, j’arrive pour faire ma garde. J’ouvre la porte.

C’est pas réglé.

Donc me voilà à faire ma garde avec la neige qui bloque les routes, les radiateurs à fond (ce qui potentialise l’odeur, j’ai vu ça dans C’est pas socier) et une ENORME odeur de merde. Merci, je pensais que ça devait être réglé. Apparement, le mec n’a pas eu l’idée saugrenue de me loger chez lui à 2 Kms pour m’éviter de me liquéfier dans une odeur qui aurait permis de faire revenir d’entre les morts le foie de Gérard Depardieu.

Toutes les dix minutes, y avait comme un bruit de cri de chat asthmatique. Bizarre.

La cafetière était sympa.

IMG_0243

Le micro-ondes aussi.

IMG_0241

Avec un reste paléolithique de… quelque chose de dur et sec seché. (et qui ne ressemble pas à la momie de Julien Lepers).

IMG_0242

Et c’est à ce moment là que j’ai failli me prendre un jet de liquide visqueux dans la gueule, ça surprend. Avec un bruit de chat asthmatique.

Le remplacé avait « reglé » le problème : sur le micro-onde, un diffusueur automatique de parfum d’intérieur était posé et crachait à intervalle régulier un parfum fraicheur des dessous de bois (poilus).

invaders4

J’avais réussi à éviter le Febreze, mais pas de me faire prendre pour un gros con.

Autre cabinet, allez on va jouer à une petite devinette, vous allez voir, c’est marrant !

Depuis combien de temps cette merveilleuse serviette pour se sécher les mains est là ?

IMG_0246

Mmmm ?? Personne ??

Hein ? Ben, ça fait bien 3 ans, en fait. Je le sais j’étais là, il y a 3 ans.

La preuve ? Ben, quand tu la prends, ça fait ça :

IMG_0248

Elle ne bouge pas. Pas d’un millimètre, comme cristalisée dans la crasse.

Mais c’est vrai que quand même, réhydratée comme les plantes vertes du camping échangiste « Un pour Tous, Tous pour Un », on comprend mieux.

jesus1

Je me demande même si, à un moment, on aurait pas eu la joie d’y voir apparaître autre chose.

jesus3

Et dire qu’à son époque, Louis Pasteur aurait tué Père et Marie Currie pour posséder un tel trésor de bouillon de culture de toutes les bactéries connues et inconnues de la campagne française !

invaders5

LEVEL N°3 : éviter les pièges.

Par exemple, toujours regarder où on s’assoie dans un cabinet, ça peut éviter des désillusions.

siegecaca2p700

Et non, je ne mange jamais de mousse au chocolat assis par terre, pas vous ?

invaders7

C’est pas toujours facile d »éviter tous les pièges, même si on y met autant de bonne volonté que le chirugien estétique de Nabilla.

Par exemple, lors d’un rempla, on me tent cette ordonance :

ordocrotte

Des tous petits troubles du sommeil. Et une toute petite constipation.

J’aurais dû me méfier.

ordocrotteLUMIERE

Par ce qu’en bas, y avait ça :

ordocrottedetail

Et merde.

invaders8

Le Bon, La Brute et le Remplaçant.

LE%20BON%20LA%20BRUTE%20ET%

La dure vie du remplaçant, c’est un peu l’Ouest sauvage, avec ces vieux pistoleros sortant le fusil à la moindre anicroche, ces chefs sioux ayant découvert le menu Christophe Colomb chez KFC (1Kg de pépites d’aîles de poulet reconstituées à base de poudre mélangée de pattes de poulet)(personne n’aime les pattes de poulet, le drame de toute famille française), ces lieux où le rail n’a pas encore amené la civilisation et la chanson de Bézu « A la queue-leu-leu, tout le monde s’éclate ! En gare de Brétigny ! ».

Bref, je me préparais voilà quelques temps à partir remplacer Dr Crinièred’argent pour ces vacances d’été (bien méritées, celà va sans dire, c’est pas des feignants, eux, pas comme les remplaçants).

 David-Hasselhoff-david-hasselhoff-31032906-1280-800

Bon, là, c’est moi, pour les besoins du film il me fallait quand même un acteur de qualité et Clint Eastwood étant un peu trop cher et un peu trop vieux pour jouer le jeune jouvenceau plein de pep’s, je me suis rabattu sur David Hasselhoff, ça parait un peu confus, mais bon, en tant qu’acteur ratté, il a bien dû la sentir, lui, la Pénurie. 

Donc me voilà parti pour LaCampagne, joli bourg de campagne française, où le Dr Crinièred’argent, m’attendait de pied ferme (c’est déjà ça de ferme)(moutons, tout ça).

J’ai toujours bien aimé remplacer Dr Cinièred’argent. Lui, c’est un VRAI médecin. Quand il partira, il en faudra au moins deux, des jeunes, pour arriver à abattre le boulot qu’il donne dans toute sa graçe et sa mansuétude à la population locale qui ne pourrait pas survivre sans lui (j’en fait trop ?). Autant de désinterressement, lui, c’est un médecin COMME ON N’EN FAIT PLUS.

Je le vois qui m’attend devant la porte à côté de sa décapotable rouge.

medecin1

 DrCrinièred’argent : « Bon, vous avez 3 minutes de retard, j’ai l’habitude. Allez, Zou, moi il faut que j’y aille, j’ai une soirée avec Eddie Barclay ce soir à St Trop’. »

Alors, je vous vois venir, avec vos gros sabots. Une décapotable ? Rouge ? Vous vous dites que c’est pour draguer les minettes que quand elles sont nées, Dr Crinièred’argent en était à son troisème Test de l’Horloge raté ? Mais pas du tout !! Mais alors là, pas du tout ! Le Rouge, c’est parce que DrCrinièred’argent est M-é-d-e-c-i-n P-o-m-p-i-e-r ! Et oui ! Commandant, même. Alors, Vous, hein, avec vos idées mal placées.

C’est vrai que c’est tellement pratique pour poser le girophare, une décapotable.

 large_once_upon_a_time_in_t

Mais avant que j’ai pû lui demander quoi que ce soit pour le remplacement, Dr Crinièred’argent avait sauté dans sa décapotable et fonçait à tombeau ouvert, un pied dans la tombe au plancher. « De toute façon, t’es autonome », m’avait-il dit une fois.

J’entends déjà le téléphone sonner.

« Allo ? »

Moi : « Oui, Bonjour ! »

« Docteur ??? »

Moi : « Oui, c’est le Docteur Pénurie, le remplaçant du DrCrinièred’argent. Bonjour ! (deuxième fois) »

« Il est pas là, le Docteur ? » (Toujours pas de Bonjour, hein, faut pas déconner)

Moi : « Non, il est en vacances. »

Silence de mort.

« Et il revient quand ? »

Moi : « Dans quinze jours. »

« DANS QUINZE JOURS !!!!!!!!!!! Et ben, on a le temps de crever !!!! »

Moi, calme, très calme : « Qu’est ce qui vous arrive ? » (ondes positives)(des fois que ça serait quelque chose de grave)

« C’est Madame Machin, c’était pour un renouvellement, vous pouvez passer ? »

Après quelques explications succintes, à base de « Mais il sait où c’est, lui, le Docteur. » et de « Mais c’est pas compliqué, c’est là où y avait la cabine téléphonique, avant », je me dirige vers LeBourg, à 10Km de LaCampagne.

buffalogrill

Arrivé à LeBourg, je cherche la maison de Madame Machin, trop facile, y a un prunus devant.

Après deux-trois aller retours dans LeBourg, je me rends compte que je ne sais absolument fichtre rien de quelle tête peut bien avoir un prunus de merde et je me promets que la prochaine fois, je demanderais les indications en fonction des déjections de coyotte, ça me sera plus utile.

Je finis par trouver une ferme qui ressemble vaguement à la description avec un arbre qui ne ressemble absolument pas à un prunier donc ça doit être ce qui se rapproche au plus près du prunus (botanique de merde).

Une vieille attend sur le pas de la porte.

large_once_upon2

Moi : « Bonjour, vous êtes Madame Machin ? »

Pas de réponse.

large-good-bad-ugly-blu-ray

La Vieille me fixe sans dire un mot.

(Vous me direz, c’est pas très ressemblant. Vous avez raison, elle avait plus de moustache).

La Vieille : « Vous êtes qui, vous ? »

Moi « C’est Le Dr Pénurie, le remplaçant du Dr Crinièred’argent. »

La Vieille : « Ah, d’accord, c’est moi, Madame Machin. »

J’ai senti tout de suite à son visage que l’ambiance s’était détendue comme si Christine Boutin avait fait du Oula Oup avec son string.

large-good-bad-ugly-blu-ray

Madame Machin : « Bon, ben restez pas devant la porte, entrez. »

eastwood_good_ugly

Je m’approche et je rentre dans la bicoque. (Ouais, je m’étais habillé couleur-locale pour faire bonne impression)

Elle me sort son ordonance. Je sors mon tensiomètre.

A voir son ordo, je sens qu’on va bien s’entendre. Ca ressemble plutôt à ça :

757827

Quand soudain, la porte s’ouvre d’un coup et un mec haletant s’engouffre dans la maison, suant comme s’il avait essayé de rattraper Oscar Pistorius qui aurait volé deux piques-brochettes à Monsieur Bricolage.

fuyfyfgjfhj

Le mec me fixe d’un regard mauvais. Je sens qu’il n’est pas là pour rigoler.

large%20good%20bad%20ugly%2

Il me fixe. Se déplace lentement comme un guépard sentant sa proie.

yfyuufyf

Je le regarde. Je sens une perle de pluie d’un pays où il ne pleut pas me couler dans la raie des fesses.

large-good-bad-ugly-blu-ray

La Vieille nous regarde.

yfyuufyf

Je regarde la Vieille.

marisol-touraine

Absolument tout le monde se regarde.

good-bad

Je sens que le mec est prêt à bondir.

Madame Machin : « C’est bon, Jean Pierre, c’est le Docteur. »

Jean Pierre se détend d’un coup.

Jean Pierre : « Ah pardon, je croyais que vous étiez un REPRESENTANT. »

Le mot est laché. Représentant. Une espèce nuisible qui vient arnaquer les mémés pendant qu’on a le dos tourné, nous les honnêtes gens qui mettont absolument TOUT ce qu’on gagne au Crédit Agricole local. Même qu’il y aurait des rumeurs que le Crédit Agricole local serait en passe de faire une offre au PSG pour racheter Zlatan Ibrahimovic pour le faire transférer au FCLeBourg, avec en prime un emploi à la mairie.

fyufuqduyazdaz Jean Pierre : « D’ailleurs, j’en profite, Docteur, Voyez, je suis adjoint à la Mairie de LeBourg et on cherche un Docteur qui viendrait s’installer,  alors, on a déjà presque lancé les travaux pour une maison médicale, on a fait un projet de soins, c’est que quand même LeBourg, y a 700 habitants et y a des familles qui s’installent, comment ils s’appellent ceux qui venaient de Paris, là, Mamie ? Hein ? Non pas ceux qui sont repartis, les autres, là, enfin bon c’est pas grave. On a une épicerie, un point Poste-Impôt-Gendarmerie-Presse ouvert un samedi sur deux, une boulangerie qui marche, ouais, c’est incroyable, il y a 4 Docteurs à 3 Km à la ronde qui vont bientôt partir en retraite, ben ouais, ils ont 55, 57 et 58 ans, ils partiront tous l’année prochaine, sûrement, c’est le fils de Madame Martine qui me l’a dit, et puis la Mairie comptait faire venir un Roumain mais quand il est venu, il est reparti direct et puis faudrait nous donner une réponse rapide, hein, qu’on puisse se retourner en cas de non-réponse favorable de votre part, hein, on est pas des chiens, faut nous traiter correctement, une proposition en or comme ça, ça se laisse pas passer, et puis y a les municipales l’année prochaine, si on dit qu’on a rien fait contre les « déserts médicaux » alors qu’on a 4 Docteurs pas loin, les gens vont nous tomber dessus, c’est pas notre faute, c’est Jean Pierre Pernaud. »

To be continued.

(Et le pire, c’est qu’absolument TOUT dans ce Billet est vrai.)

Strepto-Test, tu peux pas test.

J’ai toujours aimé le Strepto Test, c’est vrai, ça manquait.

872_image

Avant, tu prescrivais des antibiotiques.

Ouais, je sais, ça semble fou aujourd’hui, mais quand t’avais une angine, un mal de gorge qui trainait depuis 7 jours (ouvrés), que même la bassine d’eau froide de Rika Zaraï à faire glouglou au compte goutte un-dos-tres-maria n’y faisait rien, ben tu prescrivais des antibios. Et tout le monde était content. D’abord, toi, ben oui, toi, t’avais le sentiment de faire ton boulot, tu soignais des gens en leur évitant d’avoir des valves cardiaques ressemblant à ce que trempait Ricka dans sa bassine (toujours elle) et puis le patient était soigné, il ne revenait pas dix fois en quinze jours.

rika

Vous savez quoi ? On était NULS.

A CHIER.

Ben ouais.

Perscrire des antibiotiques, c’est #LeMal.

Mais avant c’était bien, les antibiotiques, ça sauvait la vie des gens, c’était pas loin d’être la meilleure chose qui nous soit arrivé en médecine, avec les vaccins.

propagande_fr_ww1_002

Et puis, on a dit que c’était pas bien, qu’on en donnait trop, qu’il ne fallait pas. On a fait passer le message aux patients que c’était #Mal.

marisoldrogue2

Mainteant les patients sont « contre » les antibiotiques, ils sont « anti »antibiotiques (c’est plus drole) parce qu’on ne leur a pas expliqué sur quoi on a basé toute cette politique de réduction de la consommation des antibios.

On l’a basée sur ça.

strepto1

Oui, oui, le truc avec la tête de mort, là, c’est super rassurant.

Au début, j’aimais bien, ça faisait assez recette de grand mère : tu mets 4 gouttes de bave de crapeau, 4 gouttes d’elixir de myrte, tu touilles, tu laisse reposer et C’EST PRET !!

C’était tout droit sorti d’un vieux grimoire, c’était La SCIENCE, Mésieurs et Mesdames, ça ne se discutait pas : c’est positif, t’as les antibiotiques ; c’est négatif, t’as pas les antibiotiques. Y a rien à discuter, c’est les RECOMMANDATIONS. Si t’es contre, t’es HasBeen.

Moi, ça m’allait pas mal, je commençais les remplacements, une bonne base scientifique pour expliquer au patient que ben ouais, il a mal à la gorge depuis #midimoinsdix et il est 17h45 (« sept heure moins le quart ? d’accord Docteur, je serais là »), il n’a pas de fièvre, pas d’angine, rien du tout, même pas une demie pistache coincée dans une molaire du fond à gauche et ben, ça sera pas les antibios pasque le test il est négatif !

Le doute m’est venu le jour où ma compagne me l’a fait le Strepto Test. Je vous ai déjà parlé d’elle ? (ben non, c’est mon premier billet) Elle est formidable et je me suis rendu compte qu’elle avait une manière encore plus formidable de faire le Strepto-Test. Disons que le badigeon est efficace. Si je devais confier l’embaumement de la momie de Nelson Mandela aux huiles essentielles d’YlangYlang en passant l’extérieur et l’intérieur du corps au coton tige, mon choix se porterait évidement sur elle.

anginenelson

Bref, j’ai souffert ma race.

Et je me suis rendu compte que quand je le faisais, entre le forçage Conan-le-Barbare de bouche à l’abesse langue, le Mmmmuuurrrrpppppppp du vomi qui arrive, les parents qui tiennent « de toutes les forces » le gamin (c’est vrai qu’au bras de fer, c’est toujours Kevin, 5 mois, qui bat Jean Pierre, 40 ans, à plat de couture), ben, je dois l’avouer, mon coton tige touche à peine un point de l’amygdale et puis voilà, c’est tout, on y va…

Mais bon, j’en avais des positifs, hein, faut pas croire, mais là je dois dire que baser toute une politique de santé publique, des campagnes de publicité massives, toute une culpabilisation des patients sur un prélèvement merdique, ça m’a semblé bizarre.

Surtout que le Strepto Test ne teste QUE le Streptocoque A, non ? Et qu’il existe bien des angines à pneumocoque, Haemophilus, Staphilocoque qui nécessitent bien des antibios pour guérir mais qui doivent bien avoir un StreptoTest négatif, non ? Et l’angine de Vincent ? Elle a bien aussi un StreptoTest négatif, non ? (Et Vincent, s’il te plait, va te laver la bouche, tu pue de la gueule, là)

Donc, aujourd’hui, on en arrive à des abérations où les patients qui ont attendu 5 jours avec un mal de gorge à se décapsuler les amygdales à l’Harpick Fraicheur Mine Anti-Personelle craignent la réponse du Docteur qui va leur faire la leçon paternaliste sur les antibiotiques.

Pour certains patients, mainenant si tu leur dis que tu vas leur mettre les antibios, ça ressemble un peu à ça.

millionaire2

Pour les autres, si tu leur parle d’antibios, ils te regardent comme si tu allais les tuer (ce qui pourrais arriver, sait-on jamais).

Bref, on est bien dans merde.

Tiens, il manquerait plus qu’ils nous sortent un Strepto-test sur la merde.

Heuuu….

test10